Top

SEX SOYONS SEX : 1 de perdu 10(0) de retrouvés…

mag-decembre-201741

SEX SOYONS SEX : 1 de perdu 10(0) de retrouvés…

J’AI SURCONSOMMÉ LES HOMMES.

J’ai cherché un terme plus politiquement correct mais finalement le sexe n’est-il pas devenu un bien de consommation comme un autre ? A l’heure de l’hypersexualisation, de la multiplication des sites de rencontres sur internet, des valeurs affectives que l’on confond avec des valeurs sexuelles, la question ce n’est même plus comment j’ai fait pour tomber dans cet excès mais plutôt pourquoi ?

Qu’est ce que j’ai cherché à prouver, à combler, à oublier même ? Il paraît qu’aujourd’hui on appelle ça le “BINGE-DATING” espèce de syndrome post rupture où le cliché de la pauvre fille qui se morfond, en larmes devant son pot de Ben & Jerry’s se métamorphose en croqueuse d’hommes redoutable qui enchaîne les coups d’un soir au point d’en oublier certains prénoms !

Pathétique ? Si vous voulez, on trouve refuge où l’on peut.
Premier constat rassurant, je ne suis pas la seule dans ce cas puisque le phénomène porte déjà un nom ! Il faut quand même avouer que c’est bien plus facile d’être la fille cool qui profite de son célibat à fond, que la meuf relou que l’on doit consoler à tour de rôle le vendredi soir, quand tout le monde ne rêve en fait que de shots au bar et de danses collées serrées avec les apollons de la soirée ! Deuxième constat et celui là beaucoup moins glorieux, en 2017 le côté “Don Juan” qui fait des hommes des héros est toujours aussi mal perçu chez les femmes. Allumeuse, chaudière, salope, pute…
Ces jolis noms d’oiseaux que j’entends parfois chuchotés dans mon dos, charmant n’est ce pas ?
A l’heure où le #balancetonporc est usé & abusé doit-on vraiment s’étonner ?

Donc oui la “salope” que je suis a cramé sa vie sexuelle par les deux bouts ! Le sexe est une drogue douce, je vous assure ! Comme il est facile d’oublier sa vie “merdique” dans les bras musclés d’un inconnu. Une vraie boulimique sauf qu’on ne parle plus de kinder et que là ça dérange !
Les : “ Oh la pauvre, ce salaud l’a quittée” sont remplacés par :
“ IL A BIEN FAIT DE SE BARRER, TOUTE L’ÎLE DE FRANCE EST EN TRAIN DE LUI PASSER DESSUS”.

Encore une histoire de différences qu’on ne comprend pas et qu’il est plus facile de juger non? Se sentir désirée, le rush, l’adrénaline, les frissons, les corps qu’on se contente d’effleurer une heure afin de mieux s’oublier, après tout ça ne comptera jamais, pourquoi me faudrait-il aimer des soupirs inconnus une seule minute de plus ? Par considération pour ces messieurs ? Ah oui j’oubliais une femme ne fait pas ça ! Enfin si mais une femme de petite vertu. Moi ma vertu vous dit merde !

J’ai essayé de maîtriser mon désarroi comme j’ai pu ! Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, facile ? Oui certainement mais pas moins vrai pour autant ! Il aura fallu beaucoup de patience aux vrais amis pour comprendre mon problème, pour aider sans juger, pour deviner le mal-être à travers les rires, la perdition cachée derrière le rouge à lèvres de pupute, le malsain déguisé en provoc’. Bien sûr j’aurais pu me faire suivre par un psy, certaines préféreront et elles auront bien raison, quoi de mieux qu’un professionnel pour nous aider ? Encore une fois on fait comme on peut, comme on veut… Enchaîner les conquêtes moi je n’y vois aucun inconvénient, sauf quand c’est pour palier à autre chose. Le réveil est difficile, autant être honnête, comme toutes les addictions, le sevrage est mauvais. Finie l’adrénaline, les frissons et tout le tatouin, place au temps seule avec moi même, pour réfléchir, analyser & avancer ! Finalement…

IL EST OÙ CE PUTAIN DE POT DE GLACE ????

No Comments

Post a Comment

Inscris-toi et reçois en exclu’ ton magazine

Notre instagram